Bilan de lecture de mars 2020

Effet du confinement surprise : j’ai beaucoup lu ce mois-ci. Et effet anxiogène oblige, j’avais besoin de me vider l’esprit donc j’ai lu beaucoup de romance.

Gamble of the heart de C. Monet

C’était une lecture tranquille. Ce n’est pas complètement une hood story, mais on est dans le milieu des casinos, des personnes accro aux jeux d’argent. Le lead masculin est parfait.

Redemption in indigo de Karen Lord

C’est une fable caribéenne inspirée d’un conte d’origine africaine. J’ai apprécié mais il faut accepter le style du conte oral parce que le narrateur s’adresse directement au lecteur.

My sister, the serial killer de Oyinkan Braithwaite

Génial. Je l’ai même trouvé mieux que les critiques positives que j’ai pu lire. La narration, le style d’écriture, le développement de personnages… Si court mais si DENSE. Génial. Juste génial.

Melissa Sunflower : how she got her wings de Empress Zingha

C’est le premier volet d’une série en cours d’écriture. Les aventures de Melissa Sunflower se déroulent à la Barbade. Tout à fait le potentiel pour devenir un personnage de référence pour les jeunes Caribéen.nes.

When a Spade isn’t a Spade de Aprille L. Thomas

C’est une nouvelle. C’est supposé être une romance, mais la lead girl est un peu problématique et même si on lui dit, on ne voit pas si elle a appris de ses erreurs… La lecture est facile et agréable. Je pense juste que je ne suis pas le public.

Loving Cassie de Jacinta Howard

C’est le dernier livre d’une série. Je ne savais pas quand j’ai commencé. Mais j’ai tout compris. Une romance dans le milieu de la musique… Je suis le public. Je trouve que la lead girl était un peu immature mais c’est supportable donc j’ai apprécié.

Love’s language de D. Rose

D. Rose ne m’a pas encore déçue pour l’instant. Et je trouve qu’elle arrive toujours à mettre une touche de glamour juste suffisante pour faire rêver les plus cyniques d’entre nous. Comme moi.

Thou Shall Not Run de Sabrina B. Scales

Volet 1 d’une trilogie. Je n’ai pas de remarques particulières… J’ai passé un bon moment mais il m’a manqué un équilibre. La lead girl n’existe pas en dehors de l’intrigue amoureuse alors qu’elle a un boulot intéressant et so cool.

Layover de Katrina Jackson

Ma lecture préférée du mois. C’est une nouvelle contemporaine et qui avait l’air tellement réaliste. J’ai adorééé. Elle m’a inspirée.

The Pregame Ritual d’Alexandra Warren

Je ne suis pas fan de basketball mais j’aime beaucoup les sports romance (le syndrome Love & Basketball). J’ai trouvé l’histoire super cute, pas trop angsty. J’ai juste trouvé dommage que la relation familiale du côté de la lead girl n’ait pas été plus développée.

A Rehearsal For Love de Alexandra Warren

Black romance + danse = la combinaison parfaite pour moi. L’histoire a pris une tournure à laquelle je ne m’attendais pas mais tout est resté logique et organique donc j’ai fini le livre avec un sentiment de satisfaction.

I Think I Might Need You de Christina C. Jones

C’est le volet 2 de la trilogie des sœurs Love, cousines de la trilogie des frères Wright. C’était court et bien menée. J’ai aimé.

Carnival Chronicles : Move Your Body de Stephanie Nicole Norris

J’étais très enthousiaste à la lecture du synopsis : deux chorégraphes rivaux s’affrontant lors d’un festival carnavalesque afrocaribéen… Tout était réuni pour me faire fangirler à chaque page. Cela n’a pas été le cas parce que ce n’est pas une représentation de la culture caribéenne dans la diaspora. C’est la projection qu’en font les gens qui ne la connaissent pas… Je veux dire à partir du moment où on ne parle que de “musique caribéenne” sans préciser les genres musicaux comme s’ ils étaient interchangeables, le drapeau rouge s’est levé. Et quand l’autrice a parlé de “dialecte caribéen”, le doute n’était plus permis. Dommage…