#Realityhigh, une romance ado colorblind ?

Allez, un petit billet, histoire de…

Le mois dernier, Netflix a mis en ligne un nouveau téléfilm : #Realityhigh. L’unique raison pour laquelle j’ai cliqué sur “Play” est Keith Powers. Il jouait Ronnie Devoe dans le biopic de New Edition. L’unique raison pour laquelle j’ai regardé jusqu’au bout sont les feels donnés par cette rom-com ado.

10 Things I Hate About You, Mean Girls, She’s All That … Il y a très peu de teen movie comédie romantique des années 90 et début des années 2000 que je n’ai pas rerererevisionnés entre 10 et 20 ans. A part Bring It On et Save The Last Dance, je ne me rappelle pas que la question de la diversitéyyyy ait été franchement posée. A l’époque, dans ma représentation des Etats-Unis, cette ségrégation dans le storytelling allait de soi. Soit l’histoire était dans un lycée de banlieue (riche) blanche, soit l’histoire était dans un lycée de inner city où il n’y avait que des Noirs et des Latinos qui strugglaient à mort.

Si Dionne et Murray de Clueless m’ont fait voir, je crois bien, mon premier couple ados noirs riches en 1995, ce n’est qu’avec des films comme Love & Basketball (2000), Love Don’t Cost A Thing (2003) que j’ai eu l’impression que l’ado noir était présenté dans un quotidien universel (trouver un avenir, trouver l’amour, se trouver soi). Mais les clichés qui me donnent les feels genre le BG qui tombe amoureux de la nerd après un relooking, ou l’anti-sociale qui donne des cours au BG du lycée/campus qui tombe sous son charme… Je sais, c’est hyper cliché mais vous savez que vous aimez, vous aussi ! Tout ça n’arrivait que chez les white teens et rarement chez les black teens. Au final, ces black teen movies proposaient un monde tout aussi homogène que les white teen movies. Et en soi, honnêtement, ça ne me dérange pas. Mais, en fan inconditionnelle de la Légende de Cendrillon, je ne dis jamais non à un cast visuellement hétérogène et une histoire colorblind. C’est un peu la carte que les High School Musical ont jouée, même si choisir un lead man qui soit typiquement dans les critères de beauté basique (blond, yeux bleus) était safe. C’est pour ça que #Realityhigh m’a intriguée. Le couple lead est 100% noir.

O-kayyyyy, ils sont plutôt light-skinned. Mais quand même. Un couple lead noir dans une comédie romantique ado sans pour autant que ce soit un black universe revendiqué, je n’en avais pas vu depuis… Bon, j’ai googlé pendant 15 minutes, j’ai essayé de fouiller mes souvenirs, mais franchement, aucun exemple m’est revenu à part Love Don’t Cost A Thing et You Got Served, maybe ? Et You Got Served est plus un film de danse qu’une vraie comédie romantique. Ou alors Let It Shine, le film Disney Channel avec Tyler Williams et Coco Jones ? Dites-moi si vous en connaissez. En tout cas, pour revenir à #Realityhigh, c’est le couple lead qui a fini de me convaincre de me caler sous la couette un dimanche matin pour procrastiner tranquillement.

La plupart des clichés du storytelling des 90’s que j’aime sont réunis ici, mais toujours avec un twist contemporain. Dans les années 90’s, Dani aurait été une nerd qui porte un appareil dentaire immonde tout le temps. Là, ce n’est que pour dormir. Dans les années 90’s, Dani serait dans une famille monoparentale et/ou dysfonctionnelle. Là, elle est dans une famille qui l’aime et la soutient dans ce qu’elle entreprend. Dans les années 90’s, Dani serait une sans-ami ou n’aurait qu’une seule meilleure amie encore plus bolosse qu’elle. Là, Dani a UN meilleur ami qui rêve d’être DJ. Dans les années 90’s, Dani aurait bossé après l’école pour se payer la fac parce que ses parents n’ont pas les moyens. Là, Dani bosse dans une clinique vétérinaire et sa préoccupation principale est de réussir l’entretien ainsi que d’avoir une lettre de recommandation pour intégrer la fac de ses rêves. Non pas que ses parents soient en mesure de lui acheter tout ce qu’elle veut, mais l’argent n’est pas un problème pour elle. Dans les années 90, Dani aurait dû avoir un talent (l’écriture, la danse, le dessin) pour séduire M. BG Hot Stuff du lycée. Là, elle séduit avec son intelligence et sa maladresse.

J’ai agréablement été surprise par le niveau de colorblindness de l’intrigue. Les habituels clichés sur les Noirs sont absents. Exemple 1 : les Noirs ne savent pas nager/ont peur de l’eau. Cameron le BG est déjà promis à une médaille olympique en natation. Il veut étudier… Bon, je ne vous dis pas parce que c’est quand même un moment cute du film, mais disons qu’être athlète n’est pas une fin en soi pour lui. Dans les années 90, il aurait été un joueur de football américain ou de basketball. Exemple 2 : il n’y a pas de house party où le hip-hop est à fond et les quelques scènes de fêtes ne font pas dans la débauche… En fait, le cameo d’un célèbre rappeur actuel n’est crédible (en tout cas pour moi) que parce que son lien à Dani se fait par la personnalité. Dani aurait été blanche, il y aurait eu un peu plus d’incrédulité de ma part mais pas tant que ça, vu le contexte.

Ce serait mentir de dire que j’ai trouvé ce film exceptionnel. Tout se devine, il n’y a pas vraiment de surprise. Le cliché du lycéen exhibitionniste qui fait tourner le proviseur en bourrique… Il y a plus original comme facteur d’humour. J’ai trouvé la suggestion d’un carré amoureux inutile. L’histoire fonctionnait déjà bien avec le triangle amoureux. L’amour queer a droit à son couple que personne ne juge. Au final, Dani et Cameron sont des personnages lisses, sans fioriture. Au-delà du fait qu’ils sont tous les deux intelligents, ils incarnent quand même les angoisses ordinaires des ados, et en étant Noirs. Quand on vous dit que c’est possible, voilà la preuve. Je sais, la société n’est pas colorblind et des films woke pour l’analyser, il en faut. Mais des films légers pour rêver romance de temps en temps pendant 90 minutes ne font pas de mal, n’est-ce pas ?

One comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s