With 40 episodes, “Make A Woman Cry” is about Jung Duk In (Kim Jung Eun), a woman who, after her son got hit by a car and died, left her job as a cop and owns now a small restaurant across the street from the high school her son would have attended. She makes it her duty to take care and protect the students like a mother and a cop would. In the first episodes, she deals with bullying students and yes, it was hard not to make the comparison with “Angry Mom”, but the similarity stops there. The drama tells her journey to find happiness as she gets involved with Kang Jin Woo (Song Chang Ui), a gentle teacher, and his chaebol family.

J’aurais aimé écrire beaucoup plus de longues reviews, le problème est que je n’ai pas trouvé de beaucoup de K-dramas me donnant envie de le faire. J’ai l’impression d’être restée sur le bon cru 2011-2012. Soit mes critères sont trop élevés, soit les dramas sont vraiment moyens… Mais je veux quand même garder une trace de mon visionnage annuel, donc je vais faire une compilation de ce que j’ai pensé des dramas que j’ai regardés au cours du premier semestre 2014 ou que je compte finir avant la fin de l’année.

Adapté du manhwa “Women, Shoes and Comics”, “Her Lovely Heels” est un mini-drama de 10 épisodes diffusé sur la chaîne câblée SBS Plus du 24 février au 25 mars. Han Seung Yeon des Kara incarne Ji Hoo, jeune femme de 23 ans qui a eu le coeur brisé par son premier amour et a peur d’aimer à nouveau. Hong Jong Hyun interprète Tae Soo, manager dans une entreprise et qui refuse de croire en l’amour.

 

En bref

  • The King of Dramas n’est pas un drama parfait. Certains aspects sont prévisibles, mais je pense que cela passe si on le prend comme une satire édulcorée. Les choses irréalistes qui se produisent sont un clin d’oeil au côté irréaliste de certains clichés dans les dramas.
  • Je l’ai adoré pour sa dose d’humour et sa capacité à se moquer de lui-même. Le schéma narratif est simple mais efficace. Il a été prolongé de deux épisodes parce que la production de School, son successeur sur ce créneau horaire, avait pris du retard, donc les deux derniers épisodes font un peu bâclés… Mais je peux vivre avec.
  • C’est aussi un léger aperçu des rudes conditions de travail de l’industrie des dramas en Corée
  • Kim Myung Min en producteur débonnaire et pragmatique, j’adhère et j’adore. Anthony Kim est my lord, my king
  • Siwon peut être comique… Je ne pensais pas que c’était possible
  • Ce n’est pas un drama prise de tête, l’intrigue est simple mais pas simpliste. Il y a des moments drôles, des moments d’émotion et c’est suffisant pour me faire oublier tout ce que je pourrais lui reprocher.