Nwè Love – Chapitre 5 – Nolan

Les couleurs vives des produits égayent les allées moyennement fréquentées du marché de Basse-Terre. Certaines  marchandes harmonisent sur un “Michaut Veillait” diffusé sur haut-parleur. Avec le port du masque obligatoire, les fragrances des épices mêlées à celles des crustacés servent d’autant moins de pâles substituts au petit-déjeuner que Nolan n’a pas eu le temps de prendre. Sa discussion avec Afropuffgyal sur le coup de foudre ne lui a laissé que trois heures de sommeil dissimulées derrière ses lunettes de soleil. 

“Ou sé Lieutenant X?” 

Le masque pendant à une oreille, la moitié d’une part de gâteau à l’ananas gonflant ses joues comme celle d’un hamster, Nolan acquiesce avec une tentative de sourire. La marchande affichant une soixantaine joyeuse lui propose de faire un selfie. La question ouvre une cascade d’objections que son cerveau tente de bloquer par des pensées positives. C’est son métier. C’est ce qu’il aime. Tout s’est bien passé jusqu’ici. Personne ne lui fera de mal. 

“C’est vraiment dommage mais nous sommes en tournage et nous sommes déjà en retard,” répond Vanessa. 

La déception dans le regard de la marchande donne un coup de pied à sa réticence.

“On peut quand même prendre le temps,” décide Nolan.

Devenu expert dans l’interprétation du plissement des yeux de Vanessa, il a même identifié 3 types de froncements sourcils : le paniqué quand sa feuille de route n’a pas la réponse à un imprévu, le pensif quand il fait une suggestion améliorant une de ses idées et le perplexe comme celui-ci.

“Tu es sûr ?” insiste Vanessa. 

“J’ai été clair, non ?” dit-il en ajustant son masque. Il garde ses lunettes de soleil à la main mais s’assure que le tatouage de son avant-bras soit visible. 

La marchande le remercie avec deux parts gratuites de gâteau et la promesse de streamer le clip-vidéo sur Youtube quand il sortira. Après avoir échangé un regard avec Samuel qui a capturé la scène, Nolan s’entend affirmer qu’il prépare une chanson inédite. De toutes les années où il a utilisé cette réponse par réflexe de stratégie marketing, c’est la première fois où les mots sonnent comme un mensonge.

“Moi j’ai Alvina reine de la nuit qui contrôle mon sommeil, mais c’est quoi votre excuse à tous les deux ?” demande Samuel en commentaire du troisième bâillement synchronisé de Nolan et Vanessa en arrivant au minivan. 

“C’est le réveil matinal,” réplique-t-elle sèchement sans lever les yeux du message qu’elle tape sur son smartphone. “Faut qu’on y aille parce que là on est vraiment en retard.”

La playlist Nwèl Konpa n’arrive pas à baisser la tension que Samuel renonce à briser quand le sujet d’Alvina n’obtient qu’un “hm” de la part de Vanessa. De son angle de vue dans le rétroviseur, Nolan distingue ce qu’il nomme désormais un froncement de sourcils de colère. 

Dès qu’il rallume son smartphone, une notification d’Afropuffgyal apparaît. 

Afropuffgyal : 😭😭 le client me hait. 

Silex971 : qu’est-ce qui s’est passé ? 

Le message reste sans réponse alors il envoie un emoji poing levé et coupe à nouveau son téléphone quand ils arrivent au Fort Delgrès une dizaine de minutes plus tard.  

***

Dans la quiétude des ruines, un iguane bronze sur un muret envahi par la végétation. Sa peau rivalise avec le vert sombre luxuriant des parterres de gazon du Fort Delgrès. La vue panoramique sur l’océan souligne la fragilité des vies humaines abritées par les toits de la ville au pied du Fort. Nolan dégaine son smartphone puis envoie la photo de l’iguane à Afropuffgyal qui ne répond toujours pas. 

“Nolan ?” appelle Vanessa au loin. Il se retourne. “On est prêts.” 

Pour cet épisode sur le thème Histoire et tradition, elle a agrémenté sa combinaison débardeur-salopette avec un salacot customizé aux couleurs rouge, vert et or du GAN. Le casque colonial semble offrir une meilleure protection que la casquette de Nolan. 

“Désolée pour le contre-temps,” dit Vanessa.

“Pas de souci.”

Le froncement de sourcils perplexe fait son retour. Cette fois-ci, elle secoue même la tête comme pour chasser une mauvaise pensée et se débarrasser de la dernière vibe d’hostilité.

“Quoi ?” demande-t-il en la suivant vers le minivan garé à l’ombre d’un bâtiment de l’entrée. 

“Rien.”

“Qu’est-ce que j’ai dit ?” 

“Rien.” Froncement pensif. “Merci de te montrer aussi compréhensif.”

Une heure de retard paraît dérisoire face au tournage titaniquesque de son second clip-vidéo. Malgré les deux millions de vues accumulées en 9 ans, les deux jours de ce tournage sauvé par Samuel ont occupé ses premières séances avec sa psychologue pour analyser l’origine de ses crises d’angoisse. 

“Est-ce que ça aurait changé quelque chose si je m’étais énervé?” 

Elle se contente d’un haussement d’épaules. “Petite touche de maquillage et on y retourne.”

Assis sur le premier siège passager du minivan-loge, Nolan ferme les yeux. Les mains de Vanessa ne tremblent plus. Cependant, le fin pinceau qu’elle utilise pour appliquer le baume à lèvres sur sa bouche  le chatouille. Il a un mouvement de recul en ouvrant les yeux juste à temps pour voir la distance physique que Vanessa remet entre eux.  

“Pardon,” bafouille-t-elle et lui laisse le petit pot avant de se mettre à désorganiser sa mallette déjà rangée.

“On n’a droit qu’à 30 minutes pour faire voler le drone donc faut accélérer le mouvement,” rappelle Samuel debout avec son appareil à quelques mètres. 

Debout face à la vitre latérale du minivan, Nolan vérifie que sa casquette a la bonne inclinaison tout en observant le reflet de Vanessa plongée dans ses notes. Elle se motive en se parlant à elle-même. Même si ses mots sont inaudibles, d’autant plus avec le masque, ces quelques secondes lui redonnent de l’assurance quand elle se tourne vers Nolan. 

“Tu me prêtes ton casque ?” demande-t-il quand elle a fini de lui rappeler la séquence à venir. 

“Le logo du GAN ne te dérange pas ?” 

“Ça ferait cool.”

“Euh… Je ne sais pas si le GAN serait d’accord.”

“Je pense que oui,” intervient Samuel. “Au pire, tu floutteras au montage, mais là faut qu’on se dépêche.”

“Vous me rajoutez du boulot,” soupire Vanessa mais tend son salacot à Nolan. 

Au centre du cercle de blocs rocheux, la tête géante de Delgrès matérialise le souvenir des sacrifices pour la liberté. Un hommage aux luttes ancestrales et l’expression d’une fierté identitaire à travers les destins liés de la Guadeloupe et des autres pays de la Caraïbe, c’est tout ce que l’association Gwadloup An Nou représente. 

“C’est vrai,” reconnaît Vanessa après un bâillement discret. “Mais c’est une vidéo promotionnelle, même si ça ne leur pose pas de problème à eux, ma boss pourrait en voir un.”

De la troisième banquette où il finit son agoulou, Nolan redonne le salacot à Samuel qui, assis sur la banquette centrale, passe le chapeau à Vanessa déjeunant à sa place de conductrice. “C’est vraiment toi qui fais le montage ?” reprend Nolan.

“Et ça, c’est mon signal pour aller voir si le Fort a de quoi alimenter mon blog,” annonce Samuel en prenant son appareil photo. Après un regard appuyé à Nolan, il descend du minivan.

“15 minutes max,” le prévient Vanessa avant de se tourner complètement vers Nolan. Le sourire qu’elle lui offre contraste avec la flamme de colère dans son regard. “Je ne sais pas comment je dois interpréter la question.”

“Simple curiosité.”

“…. Oui, je fais mes montages moi-même.”

“De ce que je vois, tu pourrais faire de la réalisation aussi.”

“Cela ne m’intéresse pas.”

“Tu en es sûre ?”

Les dernières gouttes de son Royal Soda Kampane aspirées bruyamment, Vanessa se détourne et se met à griffonner dans son classeur. Qu’a-t-il dit encore ? Nolan opte pour le rattrapage de sommeil et s’endort après s’être assuré que son smartphone est en sonnerie. 

***

Afropuffgyal : tu dors ? 

La notification coupe brièvement l’instru que Nolan écoute avec son casque Bluetooth. Il hésite à peine une seconde avant de répondre. 

Silex971 : comment vas-tu ? 

Afropuffgyal : journée compliquée. 

Silex971 : j’ai cru comprendre. 

Afropuffgyal : dsl pour le SOS de ce matin. 

Afropuffgyal : mais il m’a trop mal parlé alors que je voulais juste l’aider. 

Silex971 : il s’est excusé j’espère. 

Afropuffgyal : même pas ! 

Afropuffgyal : mais je pense qu’il s’est rendu compte parce qu’après il m’a parlé comme si de rien était. 

Afropuffgyal : et après le déjeuner, il est repassé en mode passif-agressif.

Afropuffgyal : c’est un lunatique. 

Silex971 : y’a pas moyen que tu refiles le projet à un collègue ? 

Afropuffgyal : ça va aller. Il ne reste qu’ une journée et après c’est fini. 

Silex971 : t’es sûre ? 

Afropuffgyal : oui. 

Afropuffgyal : je vais me préparer psychologiquement. 

Afropuffgyal : merci de t’inquiéter 😊

Afropuffgyal : et toi ? Ta journée ? 

Silex971 : J’ai fait une sieste 😁

Afropuffgyal : elle est belle la vie de vacancier. 

Silex971 : on ne va pas se plaindre. 

Silex971 : mais peut-être que l’inspiration est revenue. 

Silex971 : je bossais sur un morceau justement. 

Afropuffgyal : je te dérange alors. 

Silex971 : jamais 😉. Je devais faire une pause de toute façon. 

Voire même aller se coucher. Man’ Bibi a décrété l’extinction des feux à minuit pour éviter d’être réveillée à nouveau par ses éclats de rire. 

Afropuffgyal : de quoi parle la chanson si ce n’est pas indiscret ? 

Silex971 : notre rapport à la mort. 

Afropuffgyal : woy. 

Afropuffgyal : c’est dark.

Silex971 : quand j’ai commencé à bosser dessus y’a un an. oui. 

Silex971 : mais là j’ai décidé de prendre une nouvelle approche. 

Silex971 : à la base c’était un titre dédié à mon père. 

Le goût de l’absence reste amer, mais la vague de tristesse qui le submergeait il y a encore quelques semaines à l’évocation de son père ne se produit pas. Peut-être est-il en train de passer à la phase d’acceptation ? 

Silex971 : il est décédé. 

Afropuffgyal :😔 toutes mes condoléances. 

Silex971 : merci. ça fait déjà deux ans quand même. 

Afropuffgyal : on ne s’habitue jamais au manque. 

Silex971 : tu parles en connaissance de cause ? 

Afropuffgyal : oui et non. 

Silex971 :??? 

Afropuffgyal : oui parce que je n’ai jamais connu ma mère. 

Afropuffgyal : non parce que je ne peux pas manquer de quelque chose que je n’ai jamais connu. 

Afropuffgyal : en tout cas pas comme toi avec ton père. 

Silex971 : je ne sais pas quoi te dire. 

Afropuffgyal : y a rien à dire. 

Afropuffgyal : je ne suis pas responsable de ses choix. 

Afropuffgyal : 4 ans de thérapie pour m’en convaincre. 

Silex971 : j’en ai fait une aussi. 

Silex971 : elle est toujours en cours. 

Afropuffgyal : 👍🏾👍🏾 il faut prendre soin de soi. 

Silex971 : toutes mes condoléances pour ta mère. 

Afropuffgyal : je n’ai jamais dit qu’elle était morte.  

Silex971 : attends. 

Silex971 : elle est en vie ??? 

Afropuffgyal : oui. 

Afropuffgyal : d’après mon compte en banque en tout cas. 

Afropuffgyal : elle me verse de l’argent une fois par mois depuis mes 18 ans. 

Afropuffgyal : on ne s’est jamais parlé 

Silex971 : OK. 

Afropuffgyal : je n’ai jamais manqué de rien. J’ai un papa formidable. 

Silex971 : il a fait du bon boulot.😁 

Afropuffgyal : je trouve aussi.😆

Afropuffgyal : je te laisse.

Afropuffgyal : je dois me préparer pour demain. 

Silex971 : je croyais que tu ne voyais pas ton client demain ? 

Afropuffgyal : lui non, mais je dois quand même aller au bureau. 

Silex971 : fòs ! 

Silex971 : et franchement s’il te saoûles, dis-le lui. 

Silex971 : je parie que c’est le genre de mec qu’on ne remet jamais à sa place. 

Afropuffgyal : je ne sais pas… 

Silex971 : au pire tu m’appelles et je le fais pour toi. 

Afropuffgyal :🤣 🤣 ça ira. 

Afropuffgyal : au fait

Afropuffgyal : je n’ai rien contre Silex971 mais j’aimerais t’appeler autrement dans ma tête. 

Silex971 : tu veux connaître mon prénom ? 

Afropuffgyal : seulement si toi tu as envie de me le donner. 

Afropuffgyal : moi c’est Vanessa en tout cas. 

Nolan marque un temps d’arrêt. Des Vanessa, il y en a des centaines en Guadeloupe. De la 6ème à la 3ème, il y a toujours eu une Vanessa dans sa classe. Jamais la même en plus. La probabilité que ce soit sa Vanessa… paraît de plus en plus grande alors que le film de leurs interactions se rejoue dans sa tête en triple vitesse accélérée. Quelques clics sur la page Instagram de Samuel et Nolan atterrit sur celle de Vanessa Daumier alias Afropuffgyal. Même la photo de profil est identique. 

Afropuffgyal : dsl. 

Afropuffgyal : je ne voulais pas te mettre mal à l’aise. 

Au bout du cinquième message d’excuses qu’il efface sans envoyer, Nolan se déconnecte.


Interlude 1