Nwè Love – Chapitre 4 – Vanessa

Le soleil poursuit sa course dans le ciel serein. Les alizés soufflent le chant de la mer. Cependant, l’absence du cliché d’un rivage de sable blanc laisse la plage Babin relativement protégée des touristes ayant répondu à l’appel du gouvernement de faire tourner les hôtels dans les Outre-mers malgré la pandémie. 

“Je pensais qu’on pourrait faire une sorte de montage avant-après,” explique Vanessa à Samuel qui teste la luminosité de son appareil. “Avec une transition sympa pour surprendre le spectateur.”

“Ça peut être pas mal effectivement.”

“Je te laisse faire la suggestion à la star,” conclut-elle. 

Samuel relève la tête. “Pourquoi moi ?” 

Parce que Nolan n’a parlé que deux fois à Vanessa depuis qu’il est monté dans le minivan : une réponse à son bonjour et un “je vois” quand elle lui a annoncé qu’elle remplacerait la maquilleuse ayant été testée positive au COVID-19. En vérité, c’est le mail de sa boss exigeant un compte-rendu de chaque jour de tournage qui lui a fait effacer son SMS d’une seconde annulation de tournage. Et aussi l’envie de voir la version animée de son vision board créé il y a 14 mois. 2020 ne sera pas une année complètement perdue si elle parvient à boucler le projet. 

Marchant sur la fine bande rocailleuse séparant la mer et le talus, Nolan semble prendre la température de l’eau. 

“Il ne parle pas beaucoup,” poursuit Samuel quand Vanessa émet un petit soupir en secouant la tête. “Mais je t’assure qu’il est à l’écoute.”

Pourtant, aucune phrase cohérente ne vient à Vanessa quand Nolan s’assoit à la table du carbet leur servant de QG pour le tournage. Les produits de beauté s’entrechoquent alors que Vanessa farfouille dans sa mallette de maquillage, le temps de calmer ses mains tremblantes. 

“J’avais pensé,” commence-t-elle mais s’arrête. 

Nolan a déjà les yeux fermés. Son masque retiré dévoile ses joues lisses. La barbiche royale qu’il porte depuis ses débuts a complètement disparu. Face à elle se trouve l’ado de Terminale pour lequel elle a voté quand il était finaliste au concours de chant des lycéens. 

“Un problème ?” demande-t-il en ouvrant les yeux. 

Vanessa sursaute et lâche son pinceau qu’il rattrape. 

“Je fais vraiment aussi peur que ça ? ” dit-il en se passant pensivement une main sur la joue. 

“Absolument pas! C’est moi qui … C’est juste que… ” 

Mais pourquoi n’arrive-t-elle pas à finir ses phrases? Nolan l’observe… Nolan. Pas Lieutenant X. 

“Je trouve que ça te rajeunit,” dit-elle en se rapprochant. 

“Oui, je me suis dit que le retour aux sources passait aussi par ça.”

Le sourire léger, le premier depuis qu’ils se sont rencontrés, qu’il lui offre la force à refaire deux courtes inspirations pour reprendre le contrôle sur les papillons dans son cerveau. 

“Je pensais qu’on pourrait marquer le changement de tenue avec une transition du style tu claques des doigts,” propose-t-elle en appliquant la base avec un pinceau pour empêcher qu’il sente ses doigts tremblants. 

“D’accord.”

“D’accord ?” répète-t-elle avec incrédulité en suspendant son geste. 

Il ouvre les yeux. “Oui ? ” 

“Non, rien. Je pensais que tu…” Pourquoi accepte-t-il aussi facilement ? “Je suis contente que l’idée te plaise.”

Il ferme les yeux et repasse en mode statue. À part quelques taches d’acné, sa peau ne montre aucun signe d’imperfection. Une pointe de correcteur de teint ici et là, une légère couche de fond de teint en poudre, une touche de spray matifiant. Et le tour est joué. 

“La star est prête ?” 

Nolan sourit à Samuel qui braque son appareil photo sur lui. 

“Presque,” marmonne Vanessa en faisant semblant de chercher dans la mallette le baume à lèvres hydratant qu’elle tient dans le creux de la main. L’ado qu’elle était n’aurait même pas osé rêver voir cette bouche de si près un jour. Une bouche capable de sortir des mots aussi doux que sensuels qui la font vibrer depuis une quinzaine d’années. L’adulte qu’elle est n’a pas le courage de saisir l’opportunité. 

“Est-ce que cette marque te convient ?” dit-elle en lui tendant le petit pot alors qu’elle retire ses lunettes qui glissent sur le masque.

Malgré sa vision floue, elle perçoit les gestes rapides et précis de Nolan qui s’exécute en moins de 30 secondes. Quand elle remet ses lunettes, il s’observe dans un miroir de poche. 

“Maquillage validé,” dit-il avec un sourire sincère. 

Dès qu’il s’éloigne vers la mer avec Samuel, Vanessa s’appuie contre la table et doit même s’asseoir sur le banc pour se remettre de cette validation. La première et qui ne devrait pas être la dernière. 

***

Les bulles d’euphorie  s’évaporent quand Nolan recommence pour la sixième fois sa séquence d’introduction.  

“Je crois que c’est le texte qui ne fonctionne pas,” dit-il après une troisième intervention de Vanessa. 

Donc c’est de sa faute à elle si lui ne peut pas mémoriser dix phrases. Pourtant, elle garde une voix neutre. “C’est-à-dire ?”

“On dirait une présentation sur un site de conseils voyage.”

“C’est le but de Guadeloupe Inside.”

“De présenter la Guadeloupe de l’intérieur, mais si un enfant du pays en parle comme un touriste, en quoi c’est crédible ?”

Samuel s’éclaircit la voix. “Il n’a pas tort.”

“Dis-moi juste ce qu’il faut absolument mentionner,” continue Nolan.

Le masque étouffe le tchip discret que Vanessa ne peut retenir, mais le froncement de sourcils de Nolan l’a fait détourner le regard brièvement. Tout ce qu’il compte, c’est qu’il aligne des phrases cohérentes. 

“Nommer la plage,” dit-elle en lui coupant la parole. “Parler du bain de boue et en quoi c’est une tradition héritée du temps de l’esclavage. Et le tout en 30 secondes.”

Alors que la buée envahit de nouveau ses lunettes,  Vanessa lui tend le script.

“Pas besoin, je vais freestyler.”

Evidemment. Il s’éloigne de quelques pas. Probablement pour trouver l’inspiration. La gorge serrée par un étau de panique, Vanessa se tourne vers  Samuel qui lui offre un sourire rassurant. Dès la première prise, l’étau se relâche. Lieutenant X est en place, mais l’anecdote sur ce qu’est la plage Babin fait entrevoir Nolan. Le public ne pourra pas ne pas regarder la vidéo jusqu’au bout. 

“… Il est temps de se changer. Zòt paré ?” demande-t-il et il claque des doigts. 

Toute l’attention se tourne alors vers Vanessa. Le grattement de son stylo sur le script se mêle au bruit des vagues. Elle retire ses lunettes. 

“Est-ce que ça serait possible de la refaire mais sous un autre angle ?” 

“Et le texte ?” 

Sa vision floue ne l’empêche pas d’entendre la pointe de taquinerie dans la question. Elle remet ses lunettes et affronte son regard. “Rien à signaler.” 

Juste au cas où, trois autres prises dont une en anglais sont effectuées.

“Séquence suivante,” annonce Vanessa. “Il nous faut le plan avec le claquement de doigts. Torse nu cette fois-ci. Tu vas dans l’eau avec ton seau.” L’objet en question est à l’effigie du Docteur La Peluche mais Nolan ne fait aucun commentaire. “Coucou à la caméra. Tu te mets la boue sur le corps. Tu reviens pour qu’on fasse des gros plans. On laisse sécher, tu te rinces et speech d’au revoir dans l’eau.”

Nolan lui répète les instructions mot pour mot avant de lui confier son smartphone et son t-shirt. Sans avoir des biceps en acier ni une tablette de chocolat, les deux séries de dix pompes qu’il fait le laissent à peine essoufflé. Toute trace du surpoids qui alimentait les rumeurs tous les trois mois sur les réseaux sociaux a disparu. 

Le t-shirt de Nolan sur l’épaule, Vanessa se dépêche de désembuer ses lunettes alors qu’il s’engage dans l’eau fraîche au rythme de “wayayay” exagérés. Il en perd même son seau de plage. La troisième prise est la bonne. Le sourire de Vanessa disparaît quand il revient le torse couvert de boue et lui tend le seau. 

“Donc petit conseil,” dit-il à la caméra braquée sur eux. “Venir seul, c’est bien, mais avec quelqu’un pour vous mettre la boue sur le dos, c’est mieux.”

Même si le masque protège son anonymat, Vanessa se fait une note mentale de couper cette scène dès ce soir. Si Nolan sent ses mains tremblantes, il n’en laisse rien paraître en continuant à parler à la caméra d’un mal aux lombaires qui l’empêche de faire des chorégraphies depuis 6 mois. Les épaules, les omoplates… Au fur et à mesure, les gouttelettes de sueur qui perlent sur le visage de Vanessa font glisser ses lunettes qu’elle doit remonter constamment avec son poignet. Nolan se tourne brusquement. 

“Je peux te les tenir,” dit-il en indiquant ses propres yeux pour clarifier ce qui ne sonne pas comme une question. 

La gorge sèche, Vanessa se contente d’acquiescer de la tête. Un alizé la fait frissonner. Ou peut-être que ce sont les doigts de Nolan lui effleurant les joues quand il lui retire les lunettes. Elle s’essuie le front avec l’avant-bras et se dépêche de finir sa tâche. 

L’eau de mer ne calme pas les fourmis dans les mains de Vanessa ni la sensation de la peau douce mais ferme de Nolan sous ses doigts. C’est un élément de sa journée qui ne sera pas dans le compte-rendu à sa chef. Ni le fait qu’elle ait préféré ne pas porter ses lunettes jusqu’à ce qu’il remette un t-shirt au moment de repartir.  

***

Deuxième activité de la journée : un déjeuner gastronomique.

Les discrètes décorations de Noël illuminent l’ambiance zen de la salle de restaurant. Des paravents permettent de privatiser les tables sans pour autant se sentir isolés. La musique de jazz caribéen transforme les discussions autour d’eux en murmures alors qu’une serveuse les dirige à leur table. Nolan tire une chaise et invite Vanessa  à s’asseoir d’un geste de la main. 

“Et on dit que la galanterie se perd,” commente Samuel en s’asseyant. 

“Mais elle reste appréciée,” réplique Vanessa. 

L’application avec laquelle Nolan a suivi ses instructions, le ton respectueux avec lequel il a proposé des améliorations ont permis à son professionnalisme de reprendre le dessus sur son attitude le matin. Attitude que leur serveuse essaye de contrôler, malgré les menus qu’elle fait tomber quand il retire son masque. Nolan… Lieutenant X lui sourit mais reste silencieux. Il ne s’agit pas juste du regard. Même sa posture semble changer quand il interagit avec les gens. Face à l’hôtesse d’accueil, face à la serveuse, même face au père de Vanessa, “le chef Daumier”, venu en personne s’assurer que le déjeuner se passait bien… 

La transformation est subtile mais Vanessa la perçoit d’autant plus en visionnant les rushs de la journée sur son ordinateur, bien au chaud dans son lit. C’est Lieutenant X en contrôle de son image qui fait des séquences d’introduction avec enthousiasme mais sérieux. C’est Lieutenant X qui complimente le chef Daumier. Mais c’est Nolan qui médite assis sur un gros rocher en attendant que la boue sèche. C’est Nolan qui la remercie alors qu’elle lui tend sa serviette à sa sortie de l’eau. C’est Nolan qui propose une photo souvenir au chef Daumier après avoir détaillé ce qu’il avait préféré dans les plats.  

Son bloc-notes à côté, Vanessa continue de prendre des notes pour faciliter la phase de montage. Sa playlist en mode aléatoire joue le premier single de Lieutenant X. Le mode ego trip du premier album de Nolan l’a soutenue pendant sa transition de la fac de droit à un BTS en audiovisuel. Le changement de direction artistique vers un son plus commercial avait porté ses fruits pour retenir l’attention de la scène internationale mais pas celle de Vanessa accaparée par l’organisation de sa vie d’adulte. De CDD en CDD en France, elle avait fini par faire son retour au pays au bout de 10 ans. Au moment où, après une dizaine de singles sortis à intervalles réguliers, le second album de Lieutenant X faisait le buzz grâce à “Vou é Mwen” partagé par des stars internationales sur les réseaux sociaux. Et puis plus rien. A part les rumeurs de descente aux enfers. 

Aucune chanson, aucune interview n’a préparé Vanessa à l’entendre débattre avec Samuel pendant dix minutes de la supériorité de Sailor Mercury sur Sailor Jupiter sur le trajet du retour ; elle a mis fin à la discussion en rappelant que cette amitié au féminin rendait inutile toute comparaison. C’est Nolan qui l’a remerciée pour cette journée bien-être et déclaré “avoir hâte d’être à demain”. C’est ce Nolan “tranquille et sans prise de tête” que Samuel a régulièrement évoqué pendant la préparation du tournage et qu’elle veut montrer dans sa websérie, celui que son moi adolescent imaginait. Mais en mieux.

Silex971 : yo ! sorry pour tout à l’heure.

Silex971 : je bossais sur un truc et j’ai pas vu le temps passer. 

Afropuffgyal : pg ! je m’ennuyais en attendant le dîner. 

Silex971 : donc je te sers de distraction ? 

Silex971 : je suis flatté ? 

Afropuffgyal : 😂😂

Vanessa dépose sa tasse de thé froid et son ordinateur sur le bureau.

Silex971 : et tu ne dors toujours pas.

Afropuffgyal : toi non plus.

Silex971 : j’ai passé une belle journée et j’ai envie de la prolonger un peu. 

Afropuffgyal : avec moi ? 

Afropuffgyal : donc je te sers de distraction ? 

Silex971 : 😁

Silex971 : et ta journée ? 

Elle réfléchit à la réponse tout en mettant son bonnet de nuit en satin. 

Afropuffgyal : épuisante mais productive. 

Silex971 : le client relou s’est calmé ? 

Afropuffgyal : 🤣🤣 on peut dire ça comme ça.

Afropuffgyal : je crois qu’on est enfin sur la même longueur d’onde. 

Silex971 : 👍🏾👍🏾

Silex971 : tant mieux. 

Silex971 : j’allais regarder Bazodee.

Silex971 : tu te joins à moi ? 

Le tournage sur Basse-Terre signifie un réveil avant le pipiri chantant.

Afropuffgyal : c’est parce que j’ai dit que j’étais fan des comédies romantiques ? 

Silex971 :😈

Afropuffgyal : c’est un coup bas. 

Silex971 : 🎶 okay excuse-moi mais je t’en prie… 

Afropuffgyal : 🎶 prends-moi donc dans tes bras. 

Silex971 : mes bras se méritent, madame. 

Est-il musclé ? À part s’être plaint de la difficulté à rester actif malgré la fermeture des salles de sports, il n’a jamais donné d’indication sur sa morphologie. D’ailleurs, il n’a toujours pas demandé à voir une photo où son visage apparaît complètement. Elle non plus. Tant qu’il est question d’amitié, celle du physique ne se pose pas.  

Silex971 : je t’ai vexée ? 

Afropuffgyal : non tkt. 

Afropuffgyal : mes bras aussi se méritent. 

Silex971 : c’est ce qu’il faut ! 👍🏾 👍🏾 

Silex971 : alors Bazodee or not Bazodee? 

Afropuffgyal : 🤣🤣 

Silex971 : j’aimerais bien entendre ta théorie sur pourquoi c’est la pire comédie romantique. 

Afropuffgyal : je n’ai pas dit que c’était la pire. 

Afropuffgyal : j’ai dit que c’était une parodie de comédie romantique.

Silex971 : tu es une cynique de l’amour. 

Afropuffgyal : une réaliste. 

Silex971 : qui t’a fait souffrir ? 

Afropuffgyal : qui dit que ce n’est pas moi qui ai fait souffrir ?

Silex971 : 👂🏽👂🏽👂🏽

Afropuffgyal : disons juste que c’est compliqué d’être avec quelqu’un qui ne soutient pas tes initiatives pour t’élever.

Silex971: je comprends.

Afropuffgyal : donc là je me concentre sur moi et mes objectifs.

Silex971 : le meilleur des projets.

Afropuffgyal : et toi ? Qui as-tu fait souffrir ?

Silex971 : qui dit que ce n’est pas moi qui ai souffert ? 

Afropuffgyal : awwww 

Silex971 : lol bref, le film n’est pas sur Netflix.

Silex971 : je te file les codes de la plate-forme de streaming que j’utilise. 

Afropuffgyal :… on a déjà atteint ce niveau de confiance ? 

Silex971 : t’as vu ce que je suis prêt à faire pour écouter ta théorie 😁

Afropuffgyal : les 30 premières minutes suffiront à ma démonstration. 

Afropuffgyal : et après faut me laisser aller dormir, monsieur.


Chapitre 5