Nwè Love – Chapitre 3.1 – Nolan

Silex971 : t’as l’habitude de ce genre d’application ? 

Afropuffgyal : pas vraiment. 

Afropuffgyal : en vérité, j’avais oublié que je l’avais téléchargée. 

Silex971 : c’est ma première fois. 

Afropuffgyal: bien sûr. 

Silex971: sarcasme ? 

Afropuffgyal : incrédulité. 

Silex971 : je ne mentirais pas sur ça. 

Afropuffgyal : et pourquoi tu m’as contactée ? 

Silex971 : disons que j’ai été recruté de force pour tester l’application. 

Afropuffgyal : bien sûr ? 

Silex971 : incrédulité ? 

Afropuffgyal : sarcasme. 😋 

Afropuffgyal : mais ça ne répond pas à ma question.

Silex971 : il paraît que cet appli permet de nouer des amitiés… 

Afropuffgyal: tu es un sans ami. 

Silex971 : 😂 😂 

Silex971: j’ai des amis mais la vie d’adulte fait que… 

Afropuffgyal: chacun est dans sa vie et c’est difficile de maintenir le lien.

Silex971 : en créer des nouveaux aussi. 😉

Afropuffgyal :  donc tu es à la recherche d’amitié. 

Silex971: strictement amitié. 

Afropuffgyal : vraiment ? 

Silex971 : vraiment. 

Afropuffgyal : si j’ai des propos que tu trouves déplacés, tu pourras me bloquer. 

Silex971: 😂😂😂 ok. 

Silex971 : donc tu recherches de l’amitié et plus si affinités ? 

Afropuffgyal : je ne me pose aucune barrière.

Afropuffgyal : t’es en Gwada ? 

Silex971 : oui, je suis venu me ressourcer pour la fin d’année. 

Silex971 : sinon je vis entre Paris et Miami. Et toi ? 

Afropuffgyal : ah, un vacancier.

Silex971 : je suis né et j’ai vécu ici. Je suis parti après mes études.

Afropuffgyal : je te taquine. 

Afropuffgyal : et j’ai fait pareil. Et puis je suis revenue au pays en 2017.

Afropuffgyal : tu bosses dans quoi ? 

Nolan hésite. Révéler son identité ne fait partie d’aucun scénario qu’il a imaginé en créant son profil sur Sweetsiwo. En cochant uniquement le filtre amitié, le nombre de profils féminins est passé de 25 à 3 dont deux intéressés exclusivement par un contact avec des femmes.  Afropuffgyal, 32 ans, célibataire, est littéralement l’unique profil compatible avec le sien. Si elle veut plus que discuter, il pourra toujours étudier la proposition s’il a la garantie que cela ne fasse pas le tour du WhatsApp971  ou la bloquer sans le moindre regret. 

Silex971 : je suis musicien.

Afropuffgyal : tu joues de quel instrument ? 

Silex971 : piano, guitare et batterie. 

Afropuffgyal : 👏🏽👏🏽 tu dois être très demandé. 

Silex971 : je suis en pause en ce moment. 

Silex971: et toi ? 

Silex971 : tu bosses dans quoi ? 

Afropuffgyal : je bosse dans le tourisme actuellement. 

Silex971 : actuellement ? 

Afropuffgyal : c’est un boulot alimentaire. 

Silex971 : et qu’est-ce que tu veux vraiment faire ? 

Afropuffgyal : top secret. 😉 

Silex971 : 👌🏾 

Silex971 : alors tu fais quoi demain ? 

Afropuffgyal : je bosse. Et toi ? 

Silex971: un samedi ??? 

Afropuffgyal : pas le choix. Mais c’est un gros projet. Si tout se passe bien, je pourrai laisser le job alimentaire. 

Silex971: je t’envoie des good vibes. 

Afropuffgyal : merci ! 

Afropuffgyal : j’en aurai bien besoin. Mon collaborateur a l’air très difficile à satisfaire.

Afropuffgyal : par rapport au projet, je veux dire. 

Silex971 : j’avais bien compris.

Silex971 : c’est le genre à rejeter toutes tes propositions ? 

Afropuffgyal : je ne sais pas trop. C’est la première fois qu’on bosse ensemble. 

Afropuffgyal : c’est plus un client qu’un collaborateur mais il a un rôle actif. 

Afropuffgyal : je sais que je ne lui ai pas fait une bonne première impression.

Silex971 : ouch.

Afropuffgyal : c’est pour ça que tout doit être parfait demain.

Silex971 : et les imprévus ?

Afropuffgyal : il n’y aura pas d’imprévu.

Afropuffgyal : j’ai tout préparé. Je devrais aller dormir d’ailleurs.

Afropuffgyal : bye ! 

Avant que Nolan n’ait le temps de lui souhaiter bonne nuit, Afropuffgyal apparaît hors ligne. 

“Poukisa ou ka souri ?” demande sa maman en lui tendant un petit miroir. 

“Pour rien,” répond Nolan frottant la base d’une vanille qui lui tiraille le cuir chevelu. Un coup de peigne sur la main le fait sursauter. “Mais !”

“Arrête de jouer dans tes cheveux sinon ils vont arrêter de pousser.”

La menace n’a plus d’effet depuis le collège. C’est elle qui avait accusé la CPE du collège de discrimination quand il a été menacé de renvoi à cause de son afro volumineux. Après cet entretien, Man’ Bibi le gardait assis entre ses jambes chaque samedi soir pour le coiffer. C’est elle qui lui taillait les pointes régulièrement et élaborait des huiles donnant une brillance et une douceur à ses cheveux devenus des aimants pour les filles. 

“Ça va, tu n’as pas perdu la main,” déclare-t-il et esquive un autre coup de peigne. Mais Man’ Bibi ne résiste pas quand il la prend dans ses bras et lui dépose un bisou sonore sur la joue. 

“T’es la meilleure,” ajoute-t-il. La chaise en osier craque alors qu’il aide sa maman à se lever. 

“Je te laisse ranger, je vais me coucher, ” dit-elle en étouffant un bâillement. Son mini afro poivre-sel disparaît sous le fichu en madras qu’elle réajuste. Jeune retraitée de quelques mois après une carrière de directrice d’école maternelle, le poids des années se fait désormais entendre dans son pas traînant et s’ajoute à la liste des raisons de Nolan pour rentrer définitivement au pays.

Un pays qui l’a vu grandir mais qu’il ne connaît plus aussi bien, constate-t-il en relisant le programme établi par Vanessa. En plus de photos officielles et de brefs descriptifs, elle a incorporé quelques photos personnelles avec un commentaire sur qui apprécierait la visite du lieu. 

Parfait pour fuir le stress du quotidien. 

Un refuge pour savourer la solitude. 

Idéal pour se remémorer la force que nos ancêtres nous ont transmise. 

À apprécier seul.e ou accompagné.e

Même en se laissant bercer par le ronronnement du climatiseur, Nolan commence déjà à réfléchir à ses phrases de présentation. 


Chapitre 3.2