Conversation MwenMeMoi – Écrire

Écrire par passion. Écrire avec passion. Écrire, ma passion.

J’ai passé mon adolescence à écrire. Des histoires originales, des fanfictions. J’écrivais tout le temps. Sur des cahiers, des copies doubles, à l’ordinateur.

Ma période la plus productive a été certainement entre 16 ans et 19 ans. De mémoire, j’ai dû écrire et finir une dizaine de fanfictions en anglais et en français qui représentaient au total environ 700 pages. J’ai écrit mon premier scénario de long-métrage : un You Got Served x Save The Last Dance à Paris. Entre les crashs d’ordinateur, les fermetures de forum de fans et l’obsolescence des méthodes de stockage (passer des disquettes aux clés USB puis le disque dur externe a été toute une révolution pour moi, vous n’imaginez même pas), ce scénario que j’avais demandé à ma mère d’imprimer est la seule œuvre de cette époque que j’ai conservée.

Quand je dis “conserver”, je veux dire que ce scénario, ma seule histoire existant en format papier, est la seule fiction à m’avoir accompagnée dans mes déménagements dont un à travers l’océan Atlantique. Dernier vestige d’une époque où j’écrivais par pur passion.

Pendant ma vingtaine, j’ai écrit de façon plus sporadique et avec moins d’intensité. Que des fanfictions. En anglais. Beaucoup de oneshots. Aucun mais absolument aucun désir de création originale. J’écrivais pour éviter de réfléchir, pour ignorer le temps qui passait, pour m’évader dans une réalité que je pouvais contrôler. Et puis j’ai retrouvé ce dossier orange contenant mon scénario au fond d’un carton… ou peut-être était-ce au fond d’un tiroir ? Je l’ai relu. Au moment où j’ai tourné la dernière page, j’ai ressenti un mélange de nostalgie et d’incrédulité. J’avais été capable, à une époque pas si lointaine que ça, de créer une histoire avec un début, un milieu et une fin. Pas un plan détaillé, pas des bouts éparpillés. Une histoire partant de A pour arriver à Z… Mes fanfictions du moment, je m’en rends compte, je les ai écrites juste avec passion.

Juste après mon entrée dans la trentaine, je me remets à blogger. Je me mets à écrire pour garder une trace de ma vie, partager mes coups de cœur, vider mon cerveau de toutes les connaissances que j’accumule… Et l’envie d’écrire de fictions originales revient. Pour la première fois, au bout d’une vingtaine d’années, mes mots créent des personnages guadeloupéens. Un oneshot pour commencer qui dérive un an plus tard sur l’écriture d’un second scénario. Pour une webcomic cette fois-ci. La version en anglais est prête également… Même si cette webcomic ne voit jamais le jour, je suis fière d’être allée jusqu’au bout de l’écriture. Je continue d’explorer cet univers, de l’enrichir de personnages. Je m’y sens bien. J’ai une histoire en cours de développement. Je l’avais commencé en 2017 et j’ai l’impression que son achèvement marquera la fin d’un cycle dans ma vie…

Un cycle d’introspection, de renaissance… Un cycle pour comprendre qu’écrire est ma passion.