Skip to content

[Review] “Absent” de Sudarshan Suresh

Grâce à @Oncle_Fouyé, mon seul lien à l’actu event cinématographique de Paris, j’ai assisté à une session de projection le 17 juin lors du Champs Elysées Film Festival qui s’est tenu du 12 au 19 juin 2018. Nous étions venus voir Hair Wolf qu’il m’avait vraiment bien hypé et nous sommes repartis sous le charme du court-métrage Absent.

Une semaine après, la tendresse douce amère que j’ai ressentie pendant le visionnage est toujours vivace et je pense qu’elle le restera encore longtemps. Réalisé par Sudarshan Suresh, ce film capture la brève escapade de Zola pour échapper au poids des responsabilités quotidiennes dont celui de s’occuper d’une mère atteinte de démence. Les quelques instants volés au près d’un ancien crush lui permettent de retrouver son identité de femme et d’oublier son rôle de fille, d’un infirmière, de professeure. Il y a très peu de dialogues. Les émotions se crient à travers les situations, les regards, les silences. J’étais bouleversée au lancement du générique de fin.

Comment accepter de voir nos parents vieillir ? Comment les accompagner jusqu’au bout ? Ce sont des questions que je me suis posée quand j’ai été moi-même confrontée à ma mortalité puis en construisant ma renaissance. Nous connaissons tous ce moment où nous réhumanisons nos parents et nous redéfinissons notre identité d’enfant. Mais jusqu’à ce quel point, en tant qu’enfant, devons-nous… devrions-nous sacrifier notre vie pour prendre soin de nos parents ? A chaque personne, une réponse différente. Absent invite à s’interroger sur soi, son rapport à la famille et encourage à affronter notre vérité dans toute la cruauté qu’elle peut avoir…

Il serait difficile de parler plus en détail du film sans vous spoiler, mais il est un exemple brillant de l’universalité de la représentation en utilisant des personnages qui se trouvent être noirs. Absent a gagné un prix lors du festival. Je suis fière d’avoir contribué à cette victoire. #onsesait.

1 reply »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Ma vie

#mercrediavecGage (part 6) "Pardonne-moi" est le 1er titre promotionnel de @gageofficiel que j'ai aimé dès la 1ère écoute. Je pense que c'est le format storytelling des paroles qui m'a plu. C'est une lettre vivante. Je me surprends encore parfois à imaginer la suite. Parfois, ils se retrouvent. Parfois, ils restent séparés. Mais peu importe la situation entre les parents, le lien entre le père et le fils demeure. #gage #ayiti #changerlemonde
#Repost @karukerament • • • • • • L'épisode 3 de Karukerament est en ligne. Quelques réflexions sur la place de la soca sur la scène internationale avec "No Soca No Life" (2012) de Kevin Adams (@director_ka). L'épisode est sur Podcloud et Anchor.fm. Je suis en train de changer d'hébergeur donc pas de panique si les liens Spotify et Apple Podcast ne fonctionnent pas encore. Toutes les références et recommandations sont sur mon blog. #Karukerament #cinema #podcast #guadeloupe #podcast #caribbean #westindies #martinique #antilles
L'épisode 3 de @karukerament sera mis en ligne demain~ #Karukerament #podcast #guadeloupe #antilles #martinique #caribbean #fwi #westindies
#mercrediavecGage (part 5) avec "Je veux être libre" de @gageofficiel ... De l'importance de bien être entouré.e quand on se consacre entièrement à sa passion. Se laisser consumer par le feu intérieur de la créativité ou par l'amour qu'on a pour les autres et l'envie de les rendre heureux.ses... Chacun.e fixe son propre prix à payer. Cette chanson en acapella est irrésistible. 😭😭
%d bloggers like this: